Chargement en cours
Ma sélection

Lot 72 - Charles Joseph NATOIRE (Nîmes 1700 - Castel Gandolfo 1777) - La pêche - Toile [...]

Estimation : 100 000 € / 150 000 €

Adjugé 164 320 €


Résultat avec frais

Charles Joseph NATOIRE (Nîmes 1700 - Castel Gandolfo 1777)
La pêche
Toile anciennement circulaire (avec des oreilles), mise au cercle puis mise au rectangle
89 x 94 cm
Signée en bas à gauche : C Nat… F
Porte une signature postérieure en bas à droite C. Natoire
Restaurations anciennes (et petits manques)
Dans un cadre à vue circulaire

Provenance :
Collection Antoine-Laurent Castellan
Sa vente (Son atelier et collection de tableaux anciens et de curiosités), Paris, 23 mars 1840, Me Legrand, lot 92 : Natoire. Paysage baigné par une rivière sur laquelle de jeunes gens prennent le plaisir de la pêche. Tableau de forme ronde.

Œuvres en rapport :
Dessin préparatoire, Susanna Caviglia-Brunel, Charles-Joseph Natoire, 1700-1777, Arthena, Paris, 2012, pp. 273-274, D245.
Toile sur le même sujet : Caviglia-Brunel, op. cit, p. 272, p. 85, 116 x 89,5 cm, collection Castro, vente Sotheby’s Paris le
15 septembre 2017, lot 23 dans une paire.

Charles Joseph NATOIRE (Nîmes 1700 - Castel Gandolfo 1777)
Une décoration pour les petits appartements du Roi à Fontainebleau
Originaire de Nîmes, élève de François Lemoyne à Paris, Charles-Joseph Natoire obtient le prix de Rome en 1721 et séjourne dans la Ville éternelle durant sept ans. à son retour, il est reçu à l’Académie en 1734 et reçoit de prestigieuses commandes, dont le cycle de l’Histoire de Psyché dans le salon ovale de la princesse à l’hôtel de Soubise en 1737 et les cartons de tapisserie pour l’Histoire de Don Quichotte réalisés par la manufacture de Beauvais. Nommé directeur de L’Académie de France à Rome à l’âge de cinquante et un ans, le peintre termine sa vie en Italie.
En 1737, Natoire reçoit la somme de 3600 livres en paiement de six dessus-de-porte destinés aux petits appartements de Fontainebleau, comprenant une petite salle à manger, une grande salle à manger et un cabinet du roi. Carle Van Loo, Joseph Parrocel et Jean-François de Troy ont aussi participé à cette entreprise. Le cycle de tableaux qui décorait ces espaces avait pour thème les plaisirs de la chasse et de la vie en plein air. Natoire a peint notamment des Chasseurs au repos et des Chasseurs auprès d’une ferme (non localisés) pour la grande salle à manger et un Port de mer pour le cabinet du roi.
Pour la petite salle à manger, Natoire collabore avec Lancret, auteur d’un grand format (le Festin de noces de village) et avec Boucher, qui réalise une paire de dessus-de-porte, faisant pendant à celle de notre peintre. Les toiles de Natoire représentent la Pêche et Personnages se reposant auprès d’une fontaine. Ces dessus-de-porte ont probablement été conçus circulaires, ou circulaires et à oreilles dans la partie supérieure, comme le montre le dessin préparatoire à notre tableau (localisation inconnue).
Remarquons aussi que les autres compositions pour cet appartement ont pu être inscrites dans des cercles : les quatre angles sont vides (Caviglia-Brunel, op. cit. p. 271, P. 81 et p. 272, P. 82). Enfin, il existe un dessin de lambris par Ange-Jacques Gabriel proposant des dessus-de-porte circulaires (J.P. Marandel, Natoire aux appartements de Louis XV à Fontainebleau, Antologia di Belle Arti, Il Neoclassicismo III, 1991-1992, n°39-42, p. 129-134. fig. 7).
En 1749, la petite salle à manger est réaménagée et transformée en petit cabinet du roi. Les boiseries sont modifiées par Gabriel et le grand format de Lancret n’a plus sa place au sein du nouveau décor. Seuls les sujets de Boucher et de Natoire sont conservés.
à cette occasion, une deuxième version aurait pu être exécutée pour s’adapter aux nouveaux lambris. Le format devient rectangulaire et plus haut, mais la largeur reste la même, puisque les portes restent à la même dimension. Il s’agirait du tableau vendu chez Sotheby’s à Paris, plus grand (116 x 89 cm) qui provient de Fontainebleau (vente du 15 septembre 2017, n°23 ; Caviglia-Brunel, op. cit., p. 274, P. 85), portant la date de 1749, année probable de sa mise en place en remplacement du nôtre.
Nous proposons donc que notre tableau, n°72 de la vacation (voir reproduction page 61), soit la première version inédite d’un des dessus-de-porte de la petite salle à manger du roi à Fontainebleau. La sincérité de la touche, l’aspect enlevé, quelques petits repentirs nous autorisent cette hypothèse. La gamme de couleurs claires, l’atmosphère limpide, la nature morte de poissons à la flamande au premier plan, l’allusion à Watteau dans le jeune couple sur la barque sont autant de détails raffinés dignes d’une résidence royale présents dans ce chef-d’œuvre de la peinture rocaille.

Demander plus d'information

Thème : Peintures et dessins Ajouter ce thème à mes alertes