Chargement en cours
Ma sélection

Lot 57 - CARTIER - Nécessaire du soir en or 18K (750) de forme oblongue à décor guilloché [...]

Estimation : 6 000 € / 8 000 €

Adjugé 7 552 €


Résultat avec frais

CARTIER
Nécessaire du soir en or 18K (750) de forme oblongue à décor guilloché et motifs émaillés, il recèle 2 compartiments, un tube de rouge à lèvres, un miroir, un étui à cigarettes, un pilulier, le fermoir serti d’un onyx épaulé de diamants taillés en roses. Signé. Travail français des années 1925.
Dimensions : 10 x 3,5 cm environ.
Poids brut : 178,5 g (manques, accidents)
Les Années Folles marquent un changement de mentalités qui se traduit notamment par une libération du corps féminin avec la disparition du corset. A cette libération vestimentaire correspond un assouplissement des mentalités et l’apparition de nouveaux modes de vie, de nouveaux gestes de beauté. Contrairement au début du XXe siècle et jusqu’alors, les femmes se maquillent et n’hésitent pas à se poudrer le nez ou rougir les lèvres en public. Elles jouent au tennis, conduisent des voitures ou encore fument, ce qui aurait été inconcevable 20 ans plus tôt. L’accessoire féminin permettant de répondre à ces nouveaux comportements est le vanity ou nécessaire de beauté, du soir, un objet ingénieux recélant différents compartiments pour les fards, un miroir, un mini peigne, que l’on porte à la main ou que l’on glisse dans un petit sac. Les maisons de joaillerie parisiennes rivalisent de créativité pour réaliser des vanity aussi beaux que pratiques. Ces objets font en effet intervenir de nombreux artisans dans leur réalisation, les plus grands maîtres y déploient leur talent et en cela, on peut considérer ces accessoires comme des oeuvres d’art. Louis Cartier (1875-1942) créé un département spécial dédié à ces accessoires féminins, il place à sa tête Jeanne Toussaint. Le nécessaire que nous présentons est orné de motifs d’inspiration persane-moghole reflétant le goût de la Maison pour les cultures lointaines. Les frères Cartier furent de grands voyageurs, curieux des expressions artistiques des autres continents : la Chine, l’Inde, le Japon ou encore l’Egypte nourrirent leur vocabulaire et furent des sources d’inspiration infinies. Pierre Rainero, Cartier : Le monde dans une boîte précieuse, in A vanity Affair, Milan, 2019, p. 27 et suivantes.

Demander plus d'information