Chargement en cours
Ma sélection

Lot 854 - BARBEY D’AUREVILLY Jules (1808-1889). - L.A.S. « Jules Barbey d’Aurevilly », [...]

Estimation : 800 € / 1 000 €

BARBEY D’AUREVILLY Jules (1808-1889).
L.A.S. « Jules Barbey d’Aurevilly », Vendredi Saint [21 mars 18]56, à Armand DUTACQ ; 3 pages et demie in-8.

Belle lettre sur ses articles de critique.
Il lui a envoyé il y a une dizaine de jours un article sur BOSSUET à propos des Études sur la vie de Bossuet d’Amable Floquet : « Un tel article ne pouvait faire question. Nulle question politique ou religieuse n’y était posée, et il n’y avait que des éloges, sobrement répartis ». Mais il n’est toujours pas paru : « J’ai pensé à un retard. L’Impératrice est accouchée. Il fallait bien mettre dans le Pays les exécrables vers, les pralines avariées qu’on offre à son enfant, par l’âge dispensé de goûter à ces bêtises-là ! » Mais voici qu’on lui propose d’écrire sur les Mémoires de l’abbé LEDIEU sur Bossuet, « quand mon article est sur Bossuet & que les manuscrits très-connus de Ledieu ont servi à Floquet pour faire le livre que j’ai examiné ! Je ne pense pas que mon article se soit perdu […] Priez Lhéritier de le faire paraître – il n’y a pas un mot qui puisse en arrêter l’impression. Quand cesserons-nous d’être régalés de fiel et de vinaigre au Pays ? […] votre lettre de ce matin m’a abasourdi. J’allais vous envoyer l’article sur le RACINE. Il était fini et allait partir ce soir. Vous pouvez dire à Cohen qu’il m’a fait faire un article, – encore un pour le Roi de Prusse »...
Quant à la publication de LA ROCHEFOUCAULD, c’est « une imposture. L’inédit est inédit comme les vieilles rues de Paris, s’il y en a encore. Quel genre de spéculation cache le livre de ce grand seigneur tombé dans l’écritoire ? Je m’ingénie à dénouer cette question sans pouvoir y parvenir : “M. de La Rochefoucault est-il un fou, un fripon, ou un sot ?” Dans mon article, je l’avais collé sous bande poliment, – non pour lui, mais pour son nom, – mais si nous avions un journal, (Nous !) je lui aurais appris à respecter ses armoiries. Ah ! Dutacq, Dutacq, vous êtes bien coupable. Quand ferons-nous un journal ? – Un journal qui puisse allumer une poudrière sous les pieds des sots ! Quel succès repoussez-vous là ! L’époque se meurt d’ennui. Les journaux font de la réclame, aussi bête que celle des directeurs de spectacles. Nous allons avoir la paix. Quel bon moment pour revenir aux choses littéraires et nettoyer la place des faux littérateurs ! »
Il aimerait faire un article sur BAUDELAIRE et Edgar POE, et un sur l’HOFFMANN de CHAMPFLEURY. « Je ne veux pas recommencer à faire un article, comme sur le Racine, inutile »...

Demander plus d'information