Chargement en cours
Ma sélection

Lot 2 - ARMAND POINT (1861-1932) HAUTE-CLAIRE COLLECTION EMILE NAIL DEMELETTE Deux [...]

Estimation : 15 000 € / 20 000 €

résultat non communiqué

ARMAND POINT (1861-1932) HAUTE-CLAIRE COLLECTION EMILE NAIL DEMELETTE
Deux figurines, pièce unique, 1903
Très rare bague d artiste dans le goût symboliste.
Or, émaux polychromes, rubis birman.
Signée de l escargot en relief sur une partie latérale de l anneau.
Porte le poinçon de titre.
Poids brut : 14,3 g

Provenance :
- Collection Emile Nail Démelette. Camarade de lycée d Armand Point, puis mécène de l artiste.
- uvre restée dans la descendance du précédent.

Important :
Notre bague visible au doigt de Mme Nail Démelette sur un tableau peint par Armand Point conservé par les descendants de M. Emile Nail Démelette, propriétaires du bijou.

Exposition :
uvres d Armand Point et de Haute-Claire Galerie Georges Petit, Paris, mai 1903. Notre bague exposée sous le n° 54 du catalogue.

Bibliographie :
La Vie Heureuse Août 1903. Notre bague reproduite page 156 dans un article titré Chez Armand Point à Haute-Claire sous la plume de Paul et Victor Margueritte.

Armand Point, [la leçon du Beau]
En 1893, Armand Point rentre bouleversé d’un séjour en Italie où il a découvert les primitifs italiens. L’inspiration qu’il puise dans la Haute-Renaissance va au-delà des formes picturales, c’est un idéal de vie qu’il y trouve. Reconnu pour ses scènes orientalistes, il fait le choix radical de réorienter son travail. L’universalité de l’oeuvre qu’il découvre chez les artistes italiens, aussi bien peintres qu’orfèvres, le conduit à fonder la colonie d’artistes de Bourron- Marlotte. S’y mêlent sculpteurs, peintres, doreurs, émailleurs qui produisent avec des techniques artistiques traditionnelles : bijoux, orfèvrerie, objets d’art et tapisserie… Réunis autour de ce « nouveau Benvenuto Cellini », comme ses familiers aiment à le présenter, les artistes-artisans s’astreignent à un programme total : l’embellissement de la demeure.
La colonie de Haute-Claire, nommée d’après le nom de l’épée d’Olivier, camarade de Roland de Roncevaux, confirme le goût d’Armand Point pour un Moyen-Age héroïque et valeureux. Il doit son inspiration tant au bestiaire médiéval qu’à l’ésotérisme fin de siècle des milieux intellectuels qu’il fréquente. Ses contemporains lui ont souvent fait le reproche de produire un « art savant », un « art d’ermitage » destiné à un faible nombre d’élus. C’est mécomprendre son intention : [Nous travaillons pour empêcher que s’éteigne le feu sacré, pour le conférer à d’autres qui seront compris de leur époque. Nous ne sommes que les porte-flambeaux de la beauté Antique.]
Exigeant et imperméable à l’air du temps, Armand Point conçoit des coffrets précieux dont plusieurs sont conservés dans des collections d’importance à Orsay ou au Petit-Palais ; et des bagues poétiques, où nymphes et animaux fantastiques ornent les rares et délicats anneaux d’or, qu’il signe d’un modeste escargot. Notre bague, exposée en 1903 à la galerie Georges Petit, présente deux baigneuses alanguies autour d’un étang-rubis sous le couvert d’un arbre d’or et d’émail. Ingénu et délicat ce bijou incarne l’essence de l’oeuvre d’Armand
Point : La leçon du Beau

Demander plus d'information