Chargement en cours
Ma sélection

Lot 174 - ALICIA PENALBA (1913-1982) (ALICIA PEREZ PENALBA, DIT) - Envol, série des Formes [...]

Estimation : 30 000 € / 50 000 €

Adjugé 93 750 €


Résultat avec frais

ALICIA PENALBA (1913-1982) (ALICIA PEREZ PENALBA, DIT)
Envol, série des Formes Volantes, circa 1968, pièce unique pour Mme Odette Poulain
Installation.
Sculpture murale en huit éléments.
Résine patinée façon bronze.
Chaque élément numéroté de 1 à 8 au feutre au dos.
Petit manque sur trois sculptures (n° 4, 5 et 6 selon numérotation au dos), restauration aux patines.
Œuvre non signée.
Dimensions de chaque élément suivant la numérotation inscrite au dos :
Élément n° 1 : 75 x 25 x 45 cm
Élément n° 2 : 130 x 76 x 40 cm
Élément n° 3 : 78 x 21 x 34 cm
Élément n° 4 : 45 x 55 x 22 cm
Élément n° 5 : 70 x 32,5 x 19 cm
Élément n° 6 : 78 x 32 x 58 cm
Élément n° 7 : 93 x 25 x 45 cm
Élément n° 8 : 93 x 74 x 48 cm

Provenance :
- Mme Odette Poulain, célèbre spécialiste en gynécologie-obstétrique à l’époque, intime de l’artiste. Œuvre réalisée par Alicia Penalba à son intention pour son appartement du 1 rue des Saints-Pères à Paris VI.
- M. D. M., fils d’un célèbre artiste peintre, œuvre reçue de la fille de la précédente en échange d’une des œuvres de son père en 1998.

Œuvres en rapport & bibliographie :
- Alicia Penalba - catalogo des esculturas 1952-1982 - Mario Kier Joffé, document numérique consultable sur le site internet dédié à l’artiste. Notre œuvre est à rapprocher des sculptures de la série Formes Volantes réalisées entre 1960 et 1977 et référencées sous les numéros 36a à 36h page 8.
- Penalba - Musée d’art moderne de la ville de Paris, 30 mars au 15 mai 1977. Notre œuvre est à rapprocher des sculptures de la série Formes Volantes réalisées entre 1960 et 1977 et reproduites au catalogue (non paginé) :
- Le relief monumental sur la façade du musée Hakone au Japon de 1969  
- Vers l’Infini de 1973 en acier inoxydable présenté dans l’atelier de l’artiste
- Le relief installé sur le stand de Saint Gobain à Expomat C.N.I.T. en 1960 (la moitié de ce même relief exposé en 1964 au Rijksmuseum Kröller-Müller à Otterlo et acquis par lui ensuite)
- Le relief-fontaine de 1970 pour le nouveau siège de la société Roche à Neuilly-sur-Seine
- Escape créé en 1972 pour le siège de M.G.I.C. à Milwaukee.
Le docteur Odette Poulain, médecin, amie des arts et des lettres.
Odette Poulain (1905-1996) étudiante en médecine dans les années 1930, fréquente la librairie d’Adrienne Monnier du 7 rue de l’Odéon alors toute proche de la faculté. Femme brillante et cultivée, elle rencontre avant-guerre nombre d’écrivains et de poètes de l’époque tels Louis-Ferdinand Céline ou Blaise Cendrars. Au sortir de la guerre, elle fait la connaissance de l’homme de sa vie, le général Édouard Corniglion-Molinier, aviateur héros des deux guerres, compagnon de la libération, ami d’André Malraux et futur garde des sceaux, par l’intermédiaire du médecin du général De Gaulle.
Devenue médecin gynécologue-obstétricien, elle a établi son cabinet et son domicile au 1 rue des Saints Pères, appartement qui deviendra un haut lieu de rencontres et d’échanges foisonnants entre artistes, philosophes, poètes, intellectuels et hommes politiques. Elle y tiendra salon de longues années durant, y recevant ses nombreux et célèbres amis : Italo Calvino, monsieur et madame Nicolas de Staël, Dominique Aury, Raymond Aron et plus récemment Jack Lang, pour ne citer qu’eux. Au cœur de la vie intellectuelle et artistique parisienne, c’est tout naturellement que le docteur Odette Poulain constitue au fil des années et de ses amitiés une collection d’œuvres d’art. Elle comptera notamment dans sa collection une célèbre toile de Nicolas de Staël Le pont des arts la nuit.
Son amitié avec la sculpteure argentine Alicia Penalba nous est aujourd’hui plus qu’avérée par sa fille qui se souvient être allée, enfant, plusieurs dizaines de fois dans l’atelier de l’artiste du 24 rue du Roi de Sicile. Elle nous indique également que c’est Alicia Penalba elle-même, qui installa les huit modules dans l’appartement du docteur Poulain vers 1968 / 69. Restée trente années dans l’appartement du 1 rue des Saints Pères, cette impressionnante installation fut échangée contre une toile d’un artiste contemporain par la fille d’Odette Poulain en 1998.

Demander plus d'information

Thème : Sculptures Ajouter ce thème à mes alertes